DONNER !

Actes 20.35 – Il y a plus de joie à donner qu’à recevoir !

Il y a tellement à dire sur ce sujet. Comment donner à bon escient ? Comment vivre le don ? Comment sonder ses motivations ? Comment apprendre aussi à recevoir ? J’espère que ces quelques lignes vous aideront à y voir un peu plus clair.

Donner, un principe de l’amour.

Le premier des principes que nous devrions assimiler, c’est que Dieu veut que nous apprenions à donner, bien au-delà encore, apprendre à Se donner ! L’ancien testament en faisait état déjà au travers des principes de la dîme et des offrandes. Ceci était l’ombre des choses à venir jusqu’à l’ultime parole de Jésus qui dira : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie… » (Jean 15.13).

Le désir de « propriété » est bien humain mais Paul dira que nous avons été rachetés à un grand prix et que nous ne nous appartenons plus à nous-mêmes (1 Corinthiens 6.19 et 20). Ceci voudrait dire que nous devrions abandonner toutes notions de « propriété » même sur nos propres vies. Notre statut est d’être des intendants de tout ce que Dieu nous donne. Bien sûr qu’Il nous donne pour notre satisfaction, le Seigneur prenant un réel plaisir à nous faire plaisir, mais s’il faut mourir à soi-même, c’est bien à cette notion de « cela m’appartient » sachant que quand Il le veut, Dieu peut nous demander de le donner.

Comprendre cela devrait nous « libérer » de nos intérêts personnels. Il y a tellement de motivations plus ou moins troubles quand il s’agit de donner. Savez-vous que certaines entreprises américaines, pas du tout chrétiennes, donnent la dîme de leurs bénéfices à l’œuvre de Dieu car elles ont remarqué que c’était bon pour les affaires ? Sans tomber dans cet extrême, avouons que nous sommes tombés parfois dans le donner pour recevoir, que ce soit la reconnaissance ou même la bénédiction de Dieu. Evidemment le résultat a pu être décevant ce qui nous a entraînés à nous renfermer et à être très méfiants. Les autres personnes dans le besoin que nous rencontrons deviennent « victimes » de ces mauvaises expériences.

Quand j’ai compris que Dieu aime que je donne, je donne par amour pour Dieu, point. La satisfaction que j’en retire c’est d’avoir fait quelque chose que Dieu aime, c’est tout et tant mieux s’il y a un bonus de reconnaissance. Je ne donne pas en fonction des personnes, mon regard sur elles ne m’influence en rien, je donne car c’est l’amour que Dieu a déversé dans mon cœur. Mes préjugés tombent et rien d’autre que la compassion pour la souffrance humaine m’anime. Comment réagissons-nous quand quelqu’un fait la manche ? Ma pensée est-elle : Il n’a qu’à travailler ? Il est sûrement moins dans le besoin que moi ? A vrai dire je ne sais pas la condition de cette personne, tout ce que je sais c’est que Jésus a dit : Donne à celui qui te demande (Matthieu 5.42). Si l’autre me trompe, seul Dieu en sera juge.

Ceci étant dit, Paul nous enseigne dans 2 Corinthiens 8.12 à 15 le principe de l’égalité. La Bible ne nous demande pas de nous mettre « sur la paille » pour donner aux autres mais elle nous demande de manifester la justice de Dieu par l’égalité. J’aimerais être plus concret. Avant d’acheter un téléviseur écran plasma qui viendra rejoindre les 3 autres téléviseurs que j’ai déjà, je pourrais peut-être me poser la question : Qu’est-ce que je pourrais faire pour cette famille dans ma communauté qui a des difficultés à joindre les deux bouts, qui se nourrit mal et qui se chauffe avec peine ? L’exemple est à peine exagéré. Je ne risque pas de souffrir de mal nutrition parce que j’ai donné ma dernière boîte de conserve ou d’être expulsé de mon logement parce que j’ai donné l’argent du loyer. Paul dit : « Votre superflu pourvoira à leurs besoins ». J’ouvre, malgré tout, la parenthèse de la veuve qui avait donné de son nécessaire et que Jésus montrera en exemple à ses disciples (Luc 21.4).

Enfin, apprenons aussi à recevoir. Nous nous méfions tellement des gestes gratuits. Nous cherchons inconsciemment l’arnaque parce que le monde nous a inculqué ce principe. Laissons Dieu utiliser les uns et les autres pour nous faire du bien. Pour répondre à nos besoins, Dieu va très rarement faire tomber une pluie d’euros. Il aura tendance à utiliser quelqu’un qui sera une main tendue vers nous. Et Il sait si bien ce qu’il nous faut et Il nous aime tellement.

En conclusion, apprenons à considérer que tout ce que nous avons vient de Dieu, acceptons de recevoir des autres et laissons-nous toucher par les besoins qui nous entourent, soyons à notre tour la main tendue de Dieu pour ce monde qui souffre.

Bonne réflexion.

Copyright Décembre 2012 © ez37m.com

Les auteurs

EZ37M
EZ37M
EZ37M c’est avant tout un couple, Corinne et Claudy, qui ont reçu, il y a maintenant plusieurs années, une vision apostolique et prophétique. Ils sont unis pour préparer les enfants de Dieu à tenir fermes dans les temps troublés que nous traversons. Au travers de leur mission, ils forment, équipent et envoient des disciples qui se trouvent dans le monde entier.

EZ37M est aussi un ministère pour la restauration du peuple de Dieu. Par des écrits, des conférences, des enseignements, un Centre de Formation Biblique Online, un groupe de femmes A.I.L.E.S et toutes sortes de médias dont EZ37M RADIO TV, ce ministère partage la Bonne Nouvelle du relèvement et de la restauration des os desséchés pour en faire une armée au service du Roi des rois.

6 Commentaires on “DONNER !

  1. Merci pour ces réponses qui sont des pistes de réflexion. J’apprecie beaucoup la sagesse avec laquelle vous apportez,à la lumière des écritures mais aussi de vos expériences personnelles, les réponses. Que Dieu vous bénisse abondamment.

    1. Merci pour cet échange édifiant. Cela fait un bon moment que je m’interroge à ce sujet! Le conflit dans les pensées peut être difficile à gérer. Merci pour cette réponse limpide.

  2. Merci pour cette méditation si vraie. Quelle doit être mon attitude face à celui qui mendie tous les jours. Dois-je lui donner toutes les fois qu’il se présente ? Et celui qui mendie pour en faire mauvais usage, il y a des personnes qui mendient pour se droguer, si je le sais comment dois-je réagir ? Si il arrive que quelqu’un ait une situation et me demande de l’aider, alors que je n’ai rien sur moi et que j’ai de l’argent dans mon compte: -est ce que lui dire que je n’ai pas d’argent serait ce un mensonge ?
    -est ce que je devrais prendre ce que j’ai épargné pour lui donner?
    -Si, sur moi, je n’ai que de l’argent destiné à un don pour la communauté, que faire ?

    Merci pour vos réponses.

    1. Bonjour Grace. Effectivement, ces questions sont pertinentes et nous avons eu également à nous les poser. J’ai travaillé dans une ville où il y avait des mendiants tous les 10 mètres. Ce verset revenait sur mon coeur : Matthieu 5:42 Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi. Pas simple tout cela car j’aurai eu la possibilité de distribuer mon salaire sur le long du chemin pour chaque journée travaillée. J’avais un vrai problème de conscience. J’ai demandé à Dieu ce que je devais faire. Pour première réponse, un matin, j’ai dû emprunter un autre chemin que celui que je prenais habituellement. Quelle ne fut pas ma surprise de voir une belle voiture de laquelle descendaient plusieurs personnes qui faisaient la manche. Personnes fausses ou exploitées par d’autres ? Je ne sais pas mais en tout cas, ce que je savais était qu’en donnant, soit je me faisais rouler, soit je ne donnais pas à ces personnes. Cela veut-il dire que nous ne donnons plus aux démunis, non mais nous croyons que nous avons besoin de sagesse dans ce domaine. Pour ce qui est de donner, quand une personne n’a plus de quoi vivre, quelques courses, de quoi manger, est plus approprié qu’une somme d’argent. Un jour, j’ai offert une grande pizza à une personne qui disait avoir faim. La personne a jeté la pizza car elle voulait de l’argent. Ensuite, si tu n’as pas d’argent sur toi, tu n’en as pas, point et tu peux dire que tu n’as rien sur toi. Si l’argent que tu as est pour faire un don à la communauté : Nous encourageons à privilégier l’investissement dans le Royaume de Dieu et l’aide aux démunis dans la communauté. Le verset que je cite plus haut, concerne Israël donc une relation entre frères. Par ailleurs, il est important d’établir les priorités dans ce domaine dans la part que j’ai décidé volontairement et joyeusement de donner. 1 : Je favorise l’expansion de l’Evangile 2 : J’aide mes frères et soeurs dans le besoin 3 : J’aide l’indigent que je ne connais pas en préférant donner de la nourriture que de l’argent. J’aimerais rajouter que même auprès des frères et soeurs de la communauté, il vaut mieux parfois donner de la nourriture ou payer une facture que de donner de l’argent car certains n’arrivent pas à gérer leur argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.